Publié par

Le combat Naturel VS bio

Naturel vs Bio

Parce que oui, il y a une différence entre naturel, origine naturelle, et bio, même si parfois, certaines marques font de leur mieux pour t’embrouiller les idées – hello le greenwashing, on te voit.
Ok, mais alors, c’est quoi la différence ?
Le point, ici. Tout de suite.

La base : le naturel

jeune pousse plante

Naturel, ça veut dire directement issu de la nature : les plantes, les fruits, l’argile…
Un ingrédient naturel conserve ses propriétés et caractéristiques brutes. Il est extrait par un procédé mécanique et n’a subi aucune transformation chimique.

Si on prend l’exemple d’une huile végétale, l’huile d’olive : elle a été extraite d’une plante par un procédé mécanique qui ne dénature pas le végétal d’origine = on presse et c’est tout. Cela permet de conserver les actifs et les propriétés intrinsèques de la plante !

Dans cette catégorie, on retrouve :
– L’eau
– Les végétaux : les huiles végétales vierges en pression à froid, les extraits de plantes, de fruits, les hydrolats
– Les minéraux
– Les ingrédients issus de l’élevage : miel, cire, lait…

Naturel ne veut pas dire « Banco-les-cocos, on y va à tous les coups ».
On a du bon naturel et du mauvais naturel (comme pour les chasseurs du Bouchonnois) :
– L’huile de palme : c’est naturel mais c’est PAS BON pour l’environnement
– Les sels d’aluminium des déos : c’est naturel mais c’est PAS BON pour ta peau et tes pores.

Les 2 mots qui te font douter : l’origine naturelle

sentier de terre dans la nature

Il existe aussi l’Origine Naturelle.
Haha, tu vois, c’est fait exprès pour nous embrouiller…

Un ingrédient est dit “d’origine naturelle”, lorsque que l’extraction implique une transformation de sa structure chimique de faible ampleur et en nombre limité, pour ne garder que certains actifs. On utilise généralement un solvant (nous on préfère ceux de la chimie verte, car ils sont le plus souvent naturels).

Une transformation chimique n’est pas quelque chose de mal ni de nocif ! Il ne faut effectivement pas la confondre avec un procédé pétrochimique, qui lui fait intervenir du bon vieux pétrole dans la réaction !
Chimique ne veut pas dire non plus synthétique ni artificiel !

En résumé : l’ingrédient provient de la plante, mais n’est pas la plante elle-même.

En termes concrets, ça donne :
– Le beurre de karité est un ingrédient d’origine naturelle (on concasse les amandes, qui sont ensuite torréfiées, moulues et réduites en pâte, qui elle-même est plongée dans l’eau bouillante de façon à éliminer les impuretés. Après cette étape, le beurre de karité peut être récupéré, puis malaxé et cuit.)
– Les ferments de radis, qui sont des composés anti-bactériens, sont d’origine naturelle
– Le savon (relation chimique entre l’huile et la soude)

Conclusion :
Que ce soit du naturel ou de l’origine naturelle, le principal est de vérifier l’origine des ingrédients et leur processus de fabrication.

Et le bio dans tout ça ?

culture citrouille

Bio, et ça même tes Kids pourront te le dire, c’est un p’tit raccourci pour « agriculture biologique ».
Les ingrédients biologiques sont des ingrédients naturels qui doivent répondre au critère biologique du pays dans lequel il est cultivé.

Attention tout ne peut pas être bio !
Typiquement l’eau, c’est pas bio.
Les minéraux non plus.
Les graines de pins maritimes du Cap-Ferret en liberté, non plus.
Les bourgeons issus de cueillette sauvages dans les Landes, non plus.
Les châtaignes des Cévennes de Roger, défenseur acharné de la nature et éco-militant qui malheureusement n’a pas assez de sous pour se payer la certif’ bio, non plus.
Tu suis ?
Oui je sais c’est dur…

Prenons un exemple encore plus concret : la sauge, c’est une plante.
Donc la sauge est naturelle. Mais si tu apprends qu’elle a été arrosée de produits chimiques de synthèse pendant sa croissance ? Et même que la graine est un OGM ? Elle a beau avoir été cueillie directement dans la nature, une agriculture qui utilise des produits chimiques ne peut pas se revendiquer biologique. Bye bye le bio.
Pour résumer, un ingrédient bio est forcément naturel, mais l’inverse est faux, archi-faux !

Le greenwashing, on en parle ?

main tenant un dessin illustrant le greenwashing

Attention au greenwashing aussi, de plus en plus présent !
Certaines marques, il faut l’avouer, en abusent un peu (voir carrément).
La norme ISO 16128 a en quelques sorte aidé certaines industriels qui ne manquent pas d’inventivité ni d’audace.
Prenons (encore) un exemple : comme l’eau est considéré comme ingrédient naturel, un cosmétique constitué à 70% d’eau pourra revendiquer « 70% naturel »… et avoir quand même dans sa compo, de l’huile de palme, du phénoxyethanol et plein d’autres merdouilles dans les 30% restants.
L’eau est certes naturelle, mais la prendre en compte comme argument de naturalité dans un cosmétique en contenant 70%, c’est quand même pas terrible…

Tu y vois plus clair maintenant ? Par-fait. C’était le but.

Mais, et ta BFF, est-ce qu’elle sait tout ça ?
Et ton Barbu et Tata Vegan ?

N’hésite pas à partager notre article, et nous, on te fait plein de bisous doux en attendant le prochain !

Sources : Cosmebio, economie.gouv.fr, DGCCRF, INCI Beauty